Hélène Veilleux

Hélène Veilleux, 2018

 

L’aventure de la calligraphie et de la peinture chinoise a débuté pour moi par la pratique du tai chi en 1999. Cette activité exige de se centrer sur soi, de se concentrer tout en étant bien attentif à ce qui nous entoure.

 

 

À un moment donné il a été question pour moi d’avoir la chance d’aller en Chine. Je me suis intéressée à la culture asiatique , ce qui m’a donné le goût de m’initier à la calligraphie. J’ai alors appris que mon professeure de tai chi faisait et donnait aussi des cours de calligraphie et de peinture chinoise. Elle est une passionnée de culture asiatique, une artiste dans l’âme et une bonne pédagogue.

J’ai organisé avec cette dernière un premier cours de calligraphie à ma maison de campagne, dans un décor champêtre avec 4 amies. Voilà comment tout a commencé ; par la suite j’ai participé à des ateliers de fin de semaine puisque j’occupais un travail à temps plein à cette période, dans un domaine distinct.

Au départ je ne comprenais pas le lien entre la calligraphie et la peinture. Les coups de pinceaux de la calligraphie sont à la base de la peinture chinoise. Et cet apprentissage a facilité aussi la pratique de la calligraphie japonaise, bien que je n’aie pas encore à ce jour abordé la peinture japonaise. J’effectue de nombreuses lectures et recherches sur la calligraphie et la peinture chinoise et japonaise.

La calligraphie me permet d’être en contact avec moi tout comme la musique, que je pratique depuis l’enfance. J’ai commencé, enfant, mon apprentissage du piano, bien que je n’avais pas une pédagogue à l’écoute de mes capacités. Ce n’est qu’en 1998, lors d’une année sabbatique, que j’ai trouvé une perle de pédagogue correspondant à mes besoins.

Je ne suis pas une virtuose mais je me plais à jouer. Cela m’a éveillée à jouer pratiquement tout et cela  en y mettant beaucoup de travail et de pratique comme pour la calligraphie d’ailleurs. Par la suite j’ai  suivi des cours d’accordéon d’une chef d’orchestre d’accordéonistes durant 2 ans. Je peux me débrouiller assez bien.

La pratique de la calligraphie et de la peinture me convient parfaitement quant au rythme de mon mode de vie: attention, présence et méditation. Lorsque j’étais jeune, j’étais fascinée par les religieux et leur pratique , cette attitude de s’arrêter pour prier, de se centrer sur soi et de méditer. C’est une activité à la fois apaisante et stimulante.

Je ressens aussi un vif intérêt pour la nature (depuis toujours), le jardinage (1985), la cueillette de champignons, la lecture, l’écriture, le contact avec des amis, les enfants et les membres de ma famille.

Parmi mes voyages, ce sont ceux des pays asiatiques qui m’ont le plus intéressée, surtout celui du Japon où je pense retourner pour approfondir la calligraphie et la peinture. À ce jour, au Japon, je me suis centrée sur la calligraphie japonaise… tout un monde de découverte. En 2017 et 2018, j’ai participer à des ateliers de calligraphie avancée, à Kyoto. Plus tôt, en 2015, je suis allée une quarantaine de jours en Chine où j’ai assisté à plusieurs expositions de calligraphie chinoise; j’ai également pu faire du tai chi avec les gens dans les parcs, tôt le matin.

Ce furent des expériences qui ont nourri ma passion pour la calligraphie et la peinture chinoise et japonaise. Je compte poursuivre cette recherche dans ce domaine, il y a tant à apprendre, à découvrir et de possibilité de créer.

Hélène Veilleux -Japon-Yokohama-Golden Gallery-exposition